Attentats de Paris: Jawad Bendaoud "Je suis innocent"

Jawad bendaoud

Le logeur des terroristes à Saint-Denis a écrit une lettre aux juges en charge du dossier des attentats de Paris pour donner sa version des faits

Il tenait à livrer sa version des faits. Jawad Bendaoud, l'homme soupçonné d'avoir fourni un logement de repli à Saint-Denis à deux auteurs des attentats du 13 novembre qui ont fait 130 morts, a écrit mi-décembre une lettre à l'un des juges en charge du dossier dans lequel il cherche à prouver son innocence, révèle L'Obs ce vendredi

L'homme de 29 ans est alors à la maison d'arrêt de Villepinte, à l'isolement. Dans ce courrier, il répète qu'il ignorait qu’Abdelhamid Abaaoud et Chakib Akrouh, morts tous les deux dans l'assaut du Raid à Saint-Denis et qui ont participé au commando des terrasses le 13 novembre, étaient des terroristes. Il écrit:

"A aucun moment je n’ai senti une ambiance terroriste ou dangereuse dans la location de l’appartement. (...) Je suis conscient d’avoir hébergé les pires assassins que la France n’a jamais connu, mais à aucun moment je me suis associé je n’ai vu de mes yeux des armes."

Sur Abaaoud: "Je ne l'ai vu que cinq minutes"

"Le monsieur Abaaoud, le chef de Daesh ou je ne sais pas quoi, je ne l'ai vu que cinq minutes, le temps qu'il soit rentré dans l'appartement et que je lui fasse visiter", poursuit-il.

Mis en examen et placé en détention le 24 novembre notamment pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste", tout comme l'un de ses proches Mohamed Soumah, Jawad Bendaoud ajoute ne pas avoir fait le lien entre les attaques à Paris et en Seine-Saint-Denis et le fait que les hommes lui aient dit venir de Belgique. Il assure qu'il n'avait pas regardé la télé de la semaine, sauf le 13 novembre au soir.

"Je mangeais des lentilles au bœuf dans le salon avec mon père, à aucun moment le mot 'Belgique' n’a été évoqué. Il y avait une pancarte de Paris, une carte avec des dessins d’explosion. [...] Je ne savais pas que des Belges avaient participé à des attentats. Si j’avais su oui, j’aurais pu tilter", explique-t-il au magistrat. 

"Marchand de sommeil à mes heures perdues"

Jawad Bendaoud maintient la version selon laquelle il a fourni le logement contre rémunération. Venue visiter l'appartement lundi 16 novembre, Hasna Aitboulahcen "ne portait pas de signe apparent lié à la religion", assure-t-il. La cousine d'Abaaoud, tuée quelques jours plus tard dans l'assaut du Raid quand Akrouh a déclenché son gilet explosif, aurait raconté que ses deux frères étaient à la rue et prêts à payer 150 euros pour dormir quelques nuits dans cette planque. Il indique avoir cru sa version sur parole et, "marchand de sommeil à (s)es heures perdues", avoir accepté par besoin d'argent.

"Abaaoud était habillé comme un jeune normal, il était rasé, il n’avait pas de barbe, il portait un bob et son complice une casquette bleue de basket ball américain", fait-il valoir.

"Je n’ai rien à voir avec Daesh"

Sorti de prison en septembre 2013 après avoir été condamné, en 2008, à huit ans de prison pour des "coups mortels" sur son meilleur ami, Jawad Bendaoud se défend de toute radicalisation derrière les barreaux:

"Je n’ai jamais prié, la dernière fois que j’ai prié j’avais 16 ans et mon père en était la seule raison. Je n’ai jamais fréquenté une seule mosquée, je fais tout ce qu’un bon musulman ne ferait pas."

"J'ai peut-être dit que j'allais faire tout péter en sortant", concède-t-il. "Mais c'était parce que j'étais énervé [...] J’y ai peut-être pensé en prison, mais une fois sorti, tout est sorti de ma tête", plaide-t-il encore. "Je n’ai rien à voir avec Daesh, ni de loin ni de près."

Jawad revient aussi sur un autre élément accablant. Comme l'avait expliqué fin novembre le procureur de Paris François Molins, le logeur apparaît "en lien avant et après les attentats avec une ligne téléphonique belge, elle-même en contact avec une ligne utilisée par les terroristes". Mais le jeune homme ne livre pas la moindre explication: 

"C'est un élément grave qui pour moi n'a aucun sens", dit-il simplement.

"Bouquet missaire"

Devenu la risée du web pour ses premières déclarations devant les caméras de BFMTV, assurant avant même son interpellation qu'il ne savait pas qu'il avait logé des terroristes, il regrette également de s'être exprimé en direct au vu du buzz qui a suivi:

"Je n’ai pas demandé à être filmé par ce foutu caméraman, il m’a entendu dire aux policiers que j’étais le loueur de l’appartement, il a allumé sa caméra si j’avais su ce qu’aurait causé cet interview je n’aurais jamais parlé", se rappelle-t-il. "Je suis passé d’une vie normale à une vie d’enfer en une fraction de seconde. Mon nom de famille a été sali, je fais l’objet de parodie, de blague."

Jawad Bendaoud conclut sa lettre, précise L'Obs, en expliquant qu'il refuse de devenir le "bouquet missaire" (sic) de ce dossier.

attentats du 13 novembre Saint-Denis Chakib Akrouh prison 2016 mort Abdelhamid Abaaoud juges procès soupçonné attentats de Paris interview Parodie

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau