Mobilisation à Paris pour la grace de Jacqueline Sauvage

Jacqueline sauvage

Jacqueline Sauvage: condamnée pour avoir tué son mari violent, ses soutiens se mobilisent à Paris

Elle a été condamnée à 10 ans de prison pour avoir tué son mari qui la battait et qui abusait de leurs enfants. Entre 100 et 200 personnes ont manifesté samedi à Paris pour soutenir Jacqueline Sauvage, condamnée à dix ans de prison pour avoir tué son mari violent.

"Je suis Jacqueline Sauvage", "Justice sauvage, libérez Jacqueline", proclamaient les pancartes des manifestants -- en grande majorité des manifestantes -- rassemblés à l'appel de collectifs féministes, dans la matinée, devant l'opéra Bastille.

Il y a un mois, un recours en grâce a été déposé auprès de François Hollande. Le but de ce rassemblement était donc de maintenir la pression sur les autorités pour obtenir la libération de Jacqueline Sauvage, condamnée en appel en décembre dernier. 

"On n'a toujours pas de réponse"

"A ce jour on n'a toujours pas de réponse (...) On ne nous répond pas", regrette l'avocate de Jacqueline Sauvage, Nathalie Tomasini auprès de BFMTV.

"J'estime que la justice n'a pas pris en considération l'état psychologique de cette femme lorsqu'elle est passé à l'acte (...) et c'est pour cela que nous demandons une redéfinition de la légitime défense", explique l'avocate. Jacqueline Sauvage "est très abattue physiquement mais moralement elle est soutenue par cette mobilisation générale (...)", explique-t-elle ajoutant que sa cliente reçoit 12 lettres par jour.

"Elle est émue de cette société qui l'entend alors qu'elle n'a pas été entendue pendant 47 ans", explique encore Nathalie Tomasini.

"On en est encore à manifester contre un arbitraire, contre un tribunal, contre un jury d'assises qui n'a rien compris aux violences conjugales, qui n'a rien compris aux phénomènes d'emprise que les bourreaux exercent sur les victimes, qui n'a rien compris à la répétition, qui n'a rien compris de tout ça, et qui a jugé comme ça, stricto sensu, sur la légitime défense", s'est de son côté indignée Suzie Rojtman, porte-parole du Collectif national pour les droits des femmes. Une première manifestation pour la libération de Mme Sauvage avait déjà réuni plusieurs dizaines de personnes mi-décembre à Paris.

"Libérez Jacqueline"

Ce vendredi déjà, sept militantes Femen sont venues réclamer la libération de Jacqueline Sauvage devant le centre pénitentiaire de Saran où elle purge sa peine. Au cri de "Libérez Jacqueline" et "le système matraque, les femmes contre-attaquent", les militantes ont poursuivi leur manifestation pendant trois minutes devant les journalistes, avant de quitter les lieux.

La cour d'assises du Loir-et-Cher a confirmé le 3 décembre dernier en appel la condamnation à dix ans de réclusion de Jacqueline Sauvage, 66 ans, reconnue coupable d'avoir tué son mari en 2012, après plusieurs années d'enfer conjugal fait de coups et d'abus sexuels sur elle et ses enfants. Le 10 septembre 2012, elle avait tué son mari de trois coups de fusils dans le dos.

La délicate question de la légitime défense

"La légitime défense n'est absolument pas soutenable. Aux violences de son mari, elle aurait dû répondre par un acte proportionné, immédiat et nécessaire. Face à un coup de poing qui se solde par trois jours d'ITT, elle tire trois balles", avait dénoncé l'avocat général.
 
L'avocate de Jacqueline Sauvage avait au contraire demandé aux jurés de "prendre la mesure des conséquences irréversibles des violences faites aux femmes" et de repousser les limites de la légitime défense appliquée aux situations de violences conjugales" en prononçant la relaxe de l'accusée.

manifestants tué son mari Libérez Jacqueline rassemblés manifestantes 2016légitime défense news info psychologique paris mobilisent grace

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Bm power