Un enfant de 5 ans meurt atteint à la suite d'une infection à méningocoques

Besancon hopital urgence

Un enfant de 5 ans est décédé à Besançon "d'une infection invasive" rare à méningocoques.

 

Un enfant de cinq ans souffrant d'une infection invasive à méningocoques est mort dans la nuit de lundi à mardi à Besançon où il était hospitalisé en réanimation, a annoncé l'Agence régionale de santé (ARS) de Bourgogne-Franche-Comté. "

L'ARS a identifié toutes les personnes ayant eu des contacts proches et répétés avec cet enfant dans son entourage familial et dans l'école maternelle (...) où il est scolarisé", a précisé l'ARS dans un communiqué, ajoutant que ces personnes "ont été invitées à se rendre chez leur médecin traitant pour prescription d'un traitement antibiotique préventif de courte durée".

Une maladie rare en France

L'Education nationale a mis en place une cellule d'écoute dans l'école maternelle de l'enfant, à Saint-Loup-sur-Semouse (Haute-Saône). L'ARS explique qu'avec environ 700 cas par an, "les infections invasives à méningocoques sont des maladies rares en France" mais que la méningite en constitue la forme la plus fréquente.

Potentiellement mortelle, cette maladie se manifeste par une montée brutale de température, de violents maux de tête, des vomissements, une raideur du cou et une gêne à la lumière.

enfant 2016 décédé maladie rare hospitalisé infection méningocoques Besançon méningite infection invasive

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

Merhant-Sorel
  • 1. Merhant-Sorel (site web) | 09/03/2016
Bonjour,
De grâce, arrêtons de dire que c'est une maladie rare en se basant sur des statistiques !!!!!!!!!!!!!!
600 à 800 cas en FRANCE chaque année soit 1 à 2 cas par jour : 10 % de cas mortels et 30 % avec des séquelles très graves (problèmes physiques et neurologiques ... amputation, surdité, atteinte aux yeux, perte de la fonction des reins, troubles mentaux etc...)
Comment dire à un parent qui vient de perdre son enfant en moins de 24 H et de façon foudroyante que c'est une maladie rare... dites plutôt que c'est une MALADIE GRAVE mais qu'on peut la prévenir grâce à l'information et à la prévention.
INFORMONS LE PUBLIC, LES PROFESSIONNELS DE SANTE SUR CETTE MALADIE MORTELLE !
Le but n'est pas de créer une "peur" chez les parents mais de les informer sur les symptômes. "Le parent est le premier médecin de son enfant" et on peut réagir au moindre doute très vite. C'EST UNE URGENCE MEDICALE mais on ne le sait pas et le fait de dire que c'est rare, rassure mais ne sauve pas !!!!
Bien à vous

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau