Le combat d'un père pour revoir son enfant 

Papa clown triste

Depuis dix mois, Alphonse Kierat n'a pas revu son fils. Celui-ci est resté en Australie, avec sa mère. Le Forbachois tourne un clip pour lui dire son amour. Et faire reconnaître ses droits de père.

Un clown, tout en mimiques, en facéties, en blagues. Mais le maquillage ne trompe pas. Sur scène, en pleine lumière, le masque tombe, le sourire
retombe. Derrière cette rouge bouge démesurée, ses yeux grimés et colorés, c'est une histoire en noir et blanc qui s'écrit. Alphonse Kierat estun clown. Mais un clown au coeur émietté. Depuis février, ce papa n'a plus vu son fils.

Tout commence comme dans un conte, dans le décor féérique de Disneyland Paris. Depuis 2005, le Forbachois y travaille comme artiste-inter-père-
danseur, au milieu d'un personnel composé de 90 nationalités. En 2009, le trentenaire tombe sous le charme d'Elisabeth Man, une Australienne.
L'idylle grandit. Le 11 janvier 2013, le petit Noah-James pointe le bout de son nez.

Le couple décide alors de mettre les voiles. Alphonse prend une année sabbatique. Direction la Tasmanie, chez les parents d'Elisabeth. Un peu d'avanture, un second souffle, le dépaysement. Alphonse se voit prof de danse : Elisabeth bosse comme secrétaire au cabinet médical de son père.
Une idée du bonheur aux antipodes de Paris.

Conquis par cette nouvelle vie, Alphonse revient en France pour ce qu'il croit un aller-retour express. Le temps de transformer son visa
touristique en visa-partenaire, confiant.

Mais de retour il n'y aura pas "Elisabeth m'a signifié que ce n'était pas la peine de revenir, sans plus d'explications", raconte le jeune 
homme. Le sol se dérobe sous ses pieds.

"Je n'ai rien compris, rien vu venir, j'ai voulu repartir immédiatement mais elle m'a fait comprendre qu'il n'y avait plus de place pour moi".
Soudain, Alphonse se retrouve sans rien, sans toit, sans job, sans amour et sans son fils. Toute une vie en parenthèses. "C'est le flou total."

Mais Alphonse se bat."Je ne peux pas me contenter de voir mon fils par skype, je l'ai reconnu, c'est le mien, ma chère. J'ai tellement envie de
le serrer dans mes bras, de sentir son odeur. Je ne serai pas un papa virtuel."Alphonse Kierat a déjà pris contact avec des avocats.
"Mais ce n'est pas évident. Il faut trouver quelqu'un qui maîtrise le droit international, qui puisse faire valoir mes droits, sans un pays
étranger."

Son unique revendication : revoir son fils. "Je ne veux pas l'enlever à sa mère, il en a besoin, comme il a besoin de son papa."

Les 15000 kms de distance qui séparent les deux pays n'arrangent rien. "Je ne peux pas débarquer comme cela, d'un claquement de doigt. 
De plus, même si je suis le père, je ne sais pas si je suis autorisé à le voir. Aucun jugement n'a officialisé notre séparation ou définit un
droit de garde ou de visite."

Pour l'anniversaire de Noah-James, pour le faire sourire, et pour ne pas qu'il l'oublie, Alphonse prépare un clip vidéo qu'il réalise de A à Z.
Il en a composé la musique, les textes. "C'est une lettre, un message que je lui adresse pour qu'il sache ce que je ressens."

Des scènes ont été tournées au Burghof et dans un hôtel désaffecté. Cela commence joyeusement par un spectacle devant les enfants.
Jusqu'au moment où le clown s'aperçoit qu'un siège est vide. Tout s'écroule alors et la multitude se transforme en solitude. C'est, dans le clip, une petite fille qui en ramène la joie sur le visage du clown en lui rapportant la photo de son fils.

Un happy end espéré, en chair et en os, par Alphonse. Qui pense à diffuser son clip de façon à sensibiliser le public au désarroi des pères privés de leurs enfants.

Papa est un clown triste ( Clip )...

 

insolite incroyable musique clip australie Alphonse Kierat droits de père garde parentale Papa est un clown triste clown histoire triste

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (2)

Sheyenne
  • 1. Sheyenne | 21/11/2015
Quand un pere se bat et fait tout pour voir ses enfants celui s appelle bien papa mais lorsqu un homme n en a rien a faire ne se bat aucunement pour ses enfants et s eloigne, fait des grace mâtiné, des loisirs ...qui part en vacances etc... qui n a aucun souci, préférant sa nouvelle femme qui passe prioritaire sur ses propre enfants sa popre chair!! que dire a part " un geniteur" mon conjoint est un beau pere exemplaire et un papa adorable qui fait le necessaire bravant les tribunaux etc...pour avoir des droits de pere, je dit chapeaux a ses Vrai hommes, des vrai papa qui se soucie de leur propre chair.!!!jadmire ses Père. Et ses mère qui font subir sa, a leurs enfants et a leur ex conjoint le pere de leur enfants se sont pas des meres mais des genitrices sauf si bien sur la mere a un justificatif de maltraitance envers le pere, sans sa elles n on aucune escuse elle n on pas d amour elle sont égoïste !!et ne devrait pas etre reconnu "mère "
Clara Debat
  • 2. Clara Debat (site web) | 21/11/2015
Je sais que certaines femmes serons contre moi ( je m en fiche Royalement )
Je suis pour le droit de garde pour le papa 1 enfant se fait a 2 . Oui je sais pas a 3 !!! si l enfant désir habiter chez son père pourquoi ne pas lui laisser la garde ? La mère aurais le même droit de visite !
Dès l âge oul enfant comprend qu il veut vivre avec sa mère ou son père accordé lui son choix ne le faite pas souffrir .

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau