Fusillade lors d'une perquisition antiterroriste à Bruxelles

Fusillade lors d une perquisition antiterroriste a bruxelles

Une perquisition dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris, quatre agents belges ont été blessés, et deux suspects seraient en fuite .

Une fusillade a éclaté mardi lors d'une perquisition antiterroriste menée à Forest, en Belgique, dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris, a indiqué une source judiciaire à BFMTV.com, confirmant une information révélée par la RTBF. Les policiers sur place évoquent des rafales menées à l'arme automatique. Deux hommes étaient en fuite.

Quatre policiers blessés

Selon le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, joint par BFMTV, "une équipe conjointe des polices belge et française" se trouvait sur place, rue du Dries, pour mener cette perquisition. Quatre agents de la police fédérale belge ont été blessés, d'après la porte-parole de la police locale. 

D'après nos informations, deux fusillades se sont produites successivement. Les forces de l'ordre ont pénétré dans un logement qu'ils pensaient vide. Ils ont essuyé une première fois des tirs. Deux agents auraient été touchés. Une seconde fusillade aurait alors eu lieu alors que les forces spéciales intervenaient. Un troisième policier a alors été touché plus grièvement.

"Des suspects sont en fuite"

Les tirs ont éclaté à Forest, une commune de Bruxelles, non loin de Molenbeek. "Des suspects sont en fuite" et sont actuellement recherchés, selon la porte-parole de la police locale. Ils se seraient échappés par les toits. L'armée a été déployée dans les rues de Forest. "Quand la police ne suffit pas on envoie l'armée. On peut tout imaginer alors il faut garder le contrôle du quartier", a expliqué sur BFMTV Dominique Rizet. Un hélicoptère a également survolé la zone.

Une école et une crèche aux alentours ont été sécurisées, et le quartier a été entièrement bouclé par les forces de l'ordre fédérales, générant de nombreux embouteillages. "Les policiers sont déployés et les habitants sont invités à rester chez eux", a également précisé Marc-Jean Ghyssels, qui détaille une commune "tout à fait tranquille, paisible où les gens vivent bien ensemble".

Vers 18 heures, l'évacuation de la crèche a été ordonnée. "Les plus petits 3 ans, 4 ans sont toujours à l'école. Il faut attendre. On n'a aucune nouvelle, détaille une mère de famille sur BFMTV. Les professeurs nous ont téléphoné pour nous dire qu'ils étaient en sécurité et qu'il n'y avait pas de panique."

Si les perquisitions ont généralement lieu à l’aube, l’ancien juge anti-terroriste Jean-Louis Bruguière, estime que ce sont peut-être "des éléments nouveaux ou opérationnels qui ont déclenché la perquisition". Pour lui ce timing ne doit rien au "hasard", et a été "choisi minutieusement" par les policiers.

L'enquête progresse en Belgique

Onze personnes ont été inculpées à ce jour en Belgique en lien avec les attaques qui avaient fait 130 morts et des centaines de blessés à Paris et Saint-Denis le 13 novembre 2015. L'enquête a montré que ces attentats avaient largement été préparés et coordonnés depuis Bruxelles. Huit de ces onze inculpés sont toujours en détention provisoire.

Un suspect clé, Salah Abdeslam, et son ami Mohamed Abrini, originaire comme lui de la commune bruxelloise de Molenbeek, n'ont jamais été appréhendés. Selon une source judiciaire, l'opération en cours à Bruxelles n'était pas lié à Salah Abdeslam.

perquisition attentats de Paris francais Belges policiers visaient tirs

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire